Le rocher blanc

Le rocher blanc

Anna Hope

Le Rocher blanc

Editions Le bruit du monde

Un lieu, 4 siècles d’Histoire. Un rocher auquel la tribu des Wixarikas attribue l’origine du monde.  Dans un minibus, aux confins du Mexique, une dizaine d’individus se rend sur place, avec pour offrandes bougies et calebasses. Parmi eux, une écrivaine partant à la recherche de l’inspiration pour son prochain roman, tout en prenant soin de sa fille et en voyant son mariage se désintégrer. Autour de ce rocher se sont déroulées d’autres histoires qui pourraient bien l’inspirer.

C'est le lieu où pour la première fois, l'informe s'est épris de la forme. Et donc, et donc, et ainsi et alors, voilà comment le monde est né.

Anna Hope nous dépose un roman vertigineux de poésie.

Anna Hope nous dépose un roman vertigineux de poésie, dans lequel récit et dialogues se mêlent avec la plus grande virtuosité. L’autrice fait fi de la ponctuation, inventant ses propres règles pour un voyage artistique novateur. Dense au premier abord, le lecteur se laisse pourtant embarquer dans cette expérience littéraire inédite. En tous cas pour moi !

Ce récit pyramidal a pour clé de voûte le Rocher lui-même. Le chapitre médian lui est consacré : « C’est le lieu où pour la première fois, l’informe s’est épris de la forme. »

Autour de cette unité de lieu, 4 siècles d’Histoire et d’histoires nous sont contés. 

Quatre personnages, leur approche de ce rocher et ses conséquences : l’écrivaine, le chanteur rappelant Jim Morrison sans jamais le nommer, les sœurs Yoeme et le lieutenant.  Débutant en 2020 au début de la pandémie de coronavirus pour remonter chronologiquement jusqu’en 1775, Anna Hope dépeint quatre destins puissants liés au rocher, quatre épisodes qui verront leur intrigue résolue dans un mouvement inverse de 1775 à 2020, comme si le rocher touchait à ce point au sacré qu’il apportait à tous paix et harmonie.

L’héroïne de 2020 fait inévitablement penser à l’autrice, qui ne cache d’ailleurs pas son voyage sur place. Cette mise en abyme du travail d’écriture se couple d’une recherche plus profonde, sur le sens de la vie même, nos actes aux conséquences parfois catastrophiques. Mais point d’atermoiement. On pourrait même le qualifier d’écologiste, tant il est actif dans sa volonté de re-créer un lien fort, presque ésotérique entre la Terre et les hommes.

Un texte intense, talentueux mais exigeant.

Laisser un commentaire